Retour

 

Source :
J. Lemoine : " Sous Louis le Bien-Aimé. Correspondance amoureuse et militaire dun officier pendant la guerre de sept ans (1757-1765) " - pages 256-258

 

Madame de *** à M. de Mopinot

 

Paris, le 29 octobre 1758

 

On a tiré hier un feu d'artifice dont j'ai entendu le bruit ; quelques efforts que fassent les émissaires de la Cour et les Gazettes, pour donner toute la gloire de cette dernière action à M. de Soubise, le public dit que c'est un pauvre homme, et la canaille que c'est un ... ; le bâton de maréchal dont on l'a gratifié a excité des murmures et des couplets de chansons composés par de mauvais poètes dont je joins ici le plus soutenable.

Ne parlons plus de Louisbourg,
Nous avons battu d'Isembourg,
Chevert a la victoire,
Eh bien !
Soubise en a la gloire,
Vous m'entendez bien.

On rend à M. de Chevert toute la justice qu'il mérite, et si l'estime et même l'admiration publique peuvent le dédommager de l'ingratitude de la Cour, il faut, à la vérité, être, non seulement philosophe, mais aimer assez sa patrie pour se dévouer à son service, sans autre espoir de récompense que l'estime de ses concitoyens. Ces sentiments étaient naturels parmi les Romains, parce que tous aimaient la patrie ; peut-être seraient-ils déplacés parmi les Français, puisque, dans notre nation, chacun ne pense et ne travaille que pour soi.

Les gazettes étrangères diminuent, autant qu'elles le peuvent, la perte du roi de Prusse, tandis que nos nouvellistes l'exagèrent. A les entendre, il est enfermé dans Dresde sans aucune ressource. On ajoute qu'il a fait remplir les maisons de cette ville de matières combustibles, et qu'il a déclaré qu'à la première attaque, il les fera sauter. Je ne sais comment pensent les Saxons, mais je vous avoue que si tous pensaient comme moi, chaque propriétaire de maison, le flambeau à la main, contribuerait à mettre la ville en feu, en commençant par celle qu'occupe le roi. Mon sexe et mes sentiments me portent à l'humanité, mais je croirais rendre service à l'espèce humaine, en délivrant la terre d'un homme capable d'un tel projet, et qui sacrifie tant d'hommes à son, ambition.

L'assassinat du roi de Portugal a rappelé aux bons Français celui du roi. Les Jésuites portent encore le faix de ce nouveau crime ; ils sont en horreur, il n'y a que quelques personnes de la Cour qui les soutiennent, peut-être pour leur propre ruine et celle de la France. On a remarqué que, depuis deux ans, le nombre de leurs écoliers est diminué de moitié.

Je m'imagine que nous sommes actuellement très bons amis : la mauvaise humeur que deux de mes lettres ont pu vous donner doit être dissipée, et vous devez m'avoir pardonné une injustice passagère, dont je ne serais pas coupable si j'avais moins d'amour, et moins de crainte de perdre votre coeur  ; je suis rassurée, et je jouis délicieusement de la certitude d'être aimée ; il ne manque à mon bonheur que de goûter dans vos bras cette tendre volupté qui naît de l'union de deux coeurs, tels que les nôtres ; venez donc, cher ami, me dédommager des peines de l'absence.

Retour