Retour - Orthographe moderne - Orthographe originale
Mois de mai - Mois de juillet

Source :
SHAT, archives du génie, article 15, section 1, §5, pièce 23

 

Journal de la Campagne de 1757

Mois de juin

 

5 Juin

De Varinddorff

L’armée auxiliaire de Westphalie a marché, le 3, le 4, le 5 pour se rassembler sur Lembs en plusieurs corps : la droite à Vidembrug, la gauche à Tilliet, le centre à Varendorff. Les pluies affreuses ont rendus les communications impraticables, ce qui a retardé la marche de la réserve en sorte que le mouvement général ne sera totalement exécuté que le 6 ou le 7. Les Hanovriens sont campés a Brackvede ; ils tiennent Rittberg ; attaquera-t-on ce poste ? sera-t-il laissé en arrière, ou en avant ? c’est ce qui n’est pas encore déterminé. Il est plus vraisemblable qu’il sera abandonné ; cependant, par les nouvelles arrivées hier au soir, il parait que les ennemis y ont jeté un convoi de viandes salées.

Il y a quelques jours qu’un parti de vingt hommes du régiment de Bentheim, commandé par un lieutenant, envoyé pour tenir des fourrages dans le Taklembourg, a été surpris et enlevé dans cette ville ; il s’en est seulement sauvé 6 hommes.

 

6 Juin

M. le maréchal a porté son armée sur Lembs, où elle est campée en différents corps dont les mouvements ont été successifs.

La première ligne est parti de Munster le 3 pour aller camper à Telligt et le 4 à Varendorff. La 2e est arrivée le 3 au même camp.

La réserve, composée de huit bataillons de grenadiers et d’un régiment de dragons, est demeurée à Telligt et le corps qui était à Ham aux ordres de M. le chevalier de Muy, s’est mise en marche le 2 et campe aujourd’hui à Hertzbrock. La pluie abondante et continuelle qu’il a fait depuis quelques jours a rompu la plus grande partie des communications et des ponts qui avoient été faits pour les différentes colonnes de l’armée. Ces obstacles, joints à la nature du pays, ont rendus la marche très pénible.

Le corps de Hanovriens et de Hessois qui étaient auprès de Paderborn s’est réuni au gros de leur armée qui est toujours campé à Brackvvede, et depuis cette jonction, M. le maréchal a envoyé en avant plusieurs gros détachements pour les observer et reconnaître leurs positions.

 

10 Juin

Dertzbrock

L’armée s’est mise en marche pour venir de Varendorff ici sur deux divisions : la première est arrivée hier dans ce camp, et la 2e aujourd’hui. M. le prince de Soubise est arrivé avant hier avec la réserve qu’il commande à Vidembrugg où ses troupes sont campées ; elles se sont presque réunies avec le corps de l’armée, sa gauche s’approchant de Redha et notre droite en étant environ à ¾ de Lieues.

M. le maréchal a été hier à Redha où il avait donné rendez-vous à M. le prince de (Soubise) pour se concerter avec lui sur les mouvements de son armée et il a été reconnaître le camp qu’il se propose d’aller occuper demain en avant de Vidembrugg et de Rheda. En y arrivant, M. le maréchal a appris l’évacuation de Rittberg. Les ennemis y avoient 1500 hommes qui se sont retirés pendant la nuit ; les détachements, et les volontaires de la réserve de M. de Soubise, s’y sont portés sur le champ.

Nos compagnies de volontaires et le corps de Fischer sont toujours disposés en avant à deux lieues a peu près des ennemis. Le corps de Fischer, qui occupait l’abbaye de Marienfeldt, y a été attaqué la nuit du 8 au 9 par 4 compagnies de grenadiers de 120 Hanovriens chacune, et environ 200 chevaux ; une compagnie de chasseurs et une compagnie de grenadiers seulement soutinrent l’attaque et firent un feu si vif et si heureux, qu’ils les obligèrent de se retirer avec précipitation : le commandant de l’infanterie de ce détachement  a été tué et ils ont eu beaucoup de blessés. Fischer a perdu le capitaine de sa compagnie de chasseurs et deux grenadiers, et il a eu un lieutenant et deux soldats blessés.

 

14 Juin

de Rheda

M. le maréchal, ayant prié M. le prince de Soubise de reconnaître la gauche de la position des ennemis, fut le 13 à Neunkirchen pour conférer avec lui sur cette reconnaissance et il fut résolu de marcher sur le flanc gauche de l’ennemi, aussitôt que cela serait possible ; le jour fut pris au 18 ; mais les différents détachements auxquels M. le maréchal avait ordonné de se porter à droite et à gauche de leurs positions ayant fait croire à M. de Cumberland qu’on se disposait à l’attaquer, ce Prince a décampé hier 13 à 4 heures après midi. Le corps de Fischer, soutenu par un détachement de 700 dragons aux ordres de M. de Lillebonnne, avaient marchés sur la droite des ennemis à Hervvorden : on ne sait pas encore s’ils ont donnés. 300 volontaires soutenus de 8 compagnies de grenadiers s’étaient portés à Marinfeldt : les Volontaires Royaux étaient à Gusterlo, et les détachements de Turpin s’étaient avancés à Holss. Aussitôt que l’on fut informé de la marche des ennemis, M. le maréchal fit commander 10 compagnies de grenadiers, 10 piquets et 300 chevaux aux ordres de M. le prince de Beauvau pour soutenir les Volontaires Royaux qui marchèrent toute la nuit, et au point du jour ils attaquèrent à Bilfeldt un détachement que les ennemis y avoient laissé pour couvrir leurs marches : M. du Chayla s’est comporté avec une grande distinction : il a forcé ce poste, a eu 5 officiers tués ou blessés et plusieurs volontaires ; les ennemis, obligés de se retirer, ont abandonnés quelques équipages. On leur a fait  plusieurs prisonniers et tués environ 100 hommes. Quelque diligence qu’ait pu faire M le prince de Beauvau, il n’est arrivé qu’à la fin de l’action, et il mande de Bilfeldt qu’il va continuer d’observer la marche des ennemis, en s’avançant à moitié chemin d’Herworden, dont l’armée ennemie a pris le chemin. M.. de Soubise avait détaché en même temps M. le comte de Lorges avec 12 compagnies de grenadiers et 200 chevaux qui sont arrivés après l’action.

 

17 Juin

De Rheda.

Les détachements qui ont suivi l’arrière garde des ennemis l’ont attaqué à Bilfeldt, et l’ont harcelé jusqu'à Herworden, petite ville fermée de murs avec des fossés et un rempart ; les ennemis y avaient laissé un gros détachement qui a tenu ferme ; une partie de Volontaires s’étant avancés trop près de cette ville qui était soutenue de l’arrière-garde entière, y a perdu 15 hommes tués ou blessés ; en tout notre perte ne passe pas 30 hommes dont 5 officiers ; celle des ennemis doit être plus considérable ; le fils du général Jankem a été tué ; les Fischer ont pris quelques bagages. On a trouvé dans le camp des ennemis, une grande quantité d’eau-de-vie de farine, de fourrages et d’autres effets, dont le détail n’est pas connu. Toute l’armée hanovrienne a pris le chemin de Remen et de Waltaw où elle a des ponts sur le Weser ; nos partis n’ayant pu se porter au-delà d’Herworden, et ceux qui ont été détaché par le coté de Lemgow n’ayant pas encore leurs positions. Nous avons environ 100 prisonniers dont un officier : il a passé plus de 80 déserteurs à Rheda, et il en a passé plus de 200 par l’évêché d’Osnabruck.

On a appris hier que M. le comte de Lorges était entré dans Herworden, que les ennemis ont évacué. Le même jour, M. le prince de Soubise est parti avec M. de St Germain pour se rendre a Paris.

La réserve qui était aux ordres de M. le prince de Soubise, a été répandue dans la grande armée, et M. le maréchal se prépare de former plusieurs corps séparés pour faciliter les opérations ultérieures. L’armée hanovrienne a repassé le Weser, et il ne reste plus en-deçà que quelques détachements, suivant ce que mande M. de Lostanges qui a vu leur droite tirer vers Minden, et il est vraisemblable que cette armée se disperse en plusieurs corps d’observations.

 

25 Juin

De Bilfeldt

L’armée s’est portée en deux marches du camp de Rheda à celui de Bilfelt, où elle est campée sur 2 lignes, la ville de Bilfeldt dans le centre. La réserve de M d’Armentières a été portée à Erlinkausen couvrant la droite de l’armée, et celle de M le duc de Broglie a marché à Ravenberg, à Engheren, pour couvrir la gauche et observer la droite des ennemis vers Minden.

Leur armée est toujours dans la même position ; il y a eu plusieurs détachements que M.. le maréchal a ordonné pour la reconnaître et qui se sont portés jusqu'à Remen, et Worthauve ; le dernier était aux ordres de M. de Berchiny qui a marché en avant d’Herworden et a poussé deux autres détachements sur Remen et Wortauve, pour favoriser la promenade de M le maréchal et des Princes qui ont été reconnaître la position des ennemis.

Il y a eu quelques escarmouches entre les avant gardes des deux partis.

Retour - Orthographe moderne - Orthographe originale
Mois de mai - Mois de juillet